© 2023 by Zoe Marks. Proudly created with Wix.com

Affinités revigorantes -------------------------

Rendez-vous pour rencontrer TARMAC éditions:

siteon0.jpg

Murièle Modély

Murièle Modély est née à Saint-Denis (île de la Réunion) et vit aujourd’hui à Toulouse. Elle participe à des revues papier ou numérique et a publié quelques recueils :

Penser maillée (2012), Je te vois (2014) et Tu écris des
poèmes (2017) aux éditions du Cygne,

Rester debout au milieu du trottoir, éditions Contre-Ciel (2014),

Sur la table, éditions numériques Qazaq (2016),
et Feu de tout bois, Délit buissonnier n°1, tiré à part de la revue Nouveaux  Délits en juin 2016.
 

Fabien Sanchez

Fabien Sanchez est un écrivain (romancier, nouvelliste, poète) né en 1972.

Pour lui, écrire consiste à recoller les morceaux devant l’énigme de ce qui s’est cassé.

De même tente-t-il d’arracher sa part d’ombre à ce que l’ombre a autrefois caché dans son indicible clarté. Enfin, écrire sur sa vie ne lui appartient pas ; c’est pour ça qu’il le fait.

Il fait sien l’axiome de Paul Auster : Trop de détails et l'enlisement menaçait. Pas assez de détails et on risquait de ne plus rien voir.

Il se désole avec Elie Wiesel de l’existence d’un niveau où l’amour de Dieu et la connaissance de soi ne servent à rien.

C’est parce-que l’écriture libère qu’il est enchaîné à elle.

Bibliographie

 

 Aux éditions La Dragonne

 

2006 - Chérie, nous allons gagner ce soir (nouvelles)

2009 - Ceux qui ne sont pas en mer (nouvelles)

2012 - J’ai glissé sur le monde avec effort (poèmes)

(Bourse aide à l’écriture CRL Midi Pyrénées)

2014 - Le sourire des évadés (roman)

(Sélection Goncourt premier roman 2015)

(Bourse découverte CNL 2010)

2018 – Un train est passé (roman)

 

 

 

 

 

Aux éditions Les carnets du dessert de lune

2016 – Dans le spleen et la mémoire (poèmes)

 

 

Aux éditions Al Manar

2017 – Jours de gloire (nouvelles)

 

Parutions de textes (poèmes, nouvelles, pensées…) dans les revues :

Traversées, Souffles, A l’index, Harfang, La main millénaire, Microbes, Le cafard hérétique, Bleu d’encre, Schnaps, Lichen, Poésie première, etc…

Adeline Miermont-Giustinati

Adeline Miermont-Giustinati est née à Nancy en 1979. Diplômée en Humanités et en Création littéraire, elle a été notamment correctrice de presse et explore aujourd'hui la voie de l'enseignement. Sa pratique d'écriture est entièrement tournée vers l'expérimentation des formes poétiques. Pendant longtemps adepte d'une économie de mots, ou comment tenter de créer un effet puissant avec du peu - comme les huiles essentielles - cherchant le bon accord, la bonne combinaison, elle s'essaie – s'amuse - désormais au texte-flux, travaillant la boucle et la répétition, cherchant à se caler sur les percussions naturelles des fluides traversant et rythmant le corps. C'est le corps qui nous travaille, c'est naturellement sur le corps qu'elle travaille. Revenir au corps, au plus près. Retrouver l'état animal et sauvage des choses, par les mots. Retrouver l'état animal et sauvage des mots. Se délivrer du sens pour rendre aux mots leur corps, leur chair. L'attente et la venue de son premier enfant ont déterminé, inspiré et accompagné cette recherche ainsi que beaucoup de livres et la rencontre d'auteurs généreux. Sumballein est l'expression de cette recherche, c'est un texte-passage, d'une écriture à une autre, c'est le texte d'une transformation, d'une construction, d'une genèse, les mots et les êtres ne formant qu'un seul corps. Elle publie ses textes dans des revues (FPM, Cabaret, Lichen, Impromptus, Nuit de Boue, gazette réalisée en atelier, aux Beaux-Arts du Havre, avec Charles Pennequin) et dans des recueils: De Chair et de chimères (auto-édition, 2007); Entre les côtes de Mehen (éditions Sélénites, 2013) en collaboration avec l'artiste-plasticienne Émeline Sourget avec qui elle forme le duo Sélénites²; Incises (CMJN-éditions, 2016), livre d'artiste, textes écrits en regard de gravures de Thierry Tuffigo. Elle fait parfois des lectures, notamment radiophoniques (radio PiedNu, Plum' FM où elle a créé et animé l'émission Éclats de Rimes) et a participé au festival Les poètes n'hibernent pas à La Factorie-Maison de poésie de Normandie, en décembre 2015. Elle a fait partie du jury du concours Débarquement poétique, au Havre, en avril 2016. Elle publie des travaux sur son blog https://sumballein.wordpress.com/   sur lequel il est possible de suivre la genèse, la construction et le développement du projet Sumballein.

 

Sumballein

Jos Garnier

Installée depuis quelques années sur un petit chemin au pied du parc du Vercors, après une naissance à Paris puis Marseille, la Réunion, Avignon et des petits villages du Gard.

Comédienne, elle exerce le métier de lectrice à domicile et créé une association de lecture à voix haute. Elle conçoit au sein de la compagnie qu’elle co-fonde des spectacles dans lesquels s’entremêlent plusieurs disciplines, théâtre, musique, marionnette, clown. Elle s’intéresse parallèlement et depuis toujours au langage du corps au travers de la danse et l’univers du butô est pour elle une révélation, entre vie et mort, absurdité de l’une et l’autre, impermanence, déséquilibre, déconstruction. Eprise de poésie contemporaine, les mots des autres et ses propres mots la maintiennent à la verticale. Ecrire face à l’innommable, nécessité du geste dans l’absolu non-sens… La création, seul recours contre cette forme d’incompréhension à ce chaos qu’est la vie… Elle publie dans quelques revues (La Terrasse, Chats de Mars, Traction Brabant, FPM-Festival Permanent des Mots, Carrés Poétiques, les Impromptus…) Vertige est son premier recueil.

Vertige

Christophe Sanchez

Christophe Sanchez, né le 4 mai 1969, vit à Palavas-les-Flots.

Co-fondateur de la revue littéraire et graphique La Piscine, éditions la Cyprière.

Écrit en ligne depuis 2006 sur le blog fut-il.net.

Du même auteur :

— « Sept variations sur le même thème », Poésie, Éditions La Centaurée, 2017
— « Morning à la fenêtre », Poésie, Tarmac Éditions - 2016
— « Rats taupiers », Récit, Éditions des Vanneaux - 2016
— « Ta vigne à sang », Tiré à part de la revue Festival Permanent des Mots - 2016

Thierry Radière

Thierry Radière vit et travaille comme professeur d’anglais à Fontenay-le-Comte en Vendée. Poète, romancier, nouvelliste, il est publié dans de nombreuses revues et a plusieurs livres à son actif. Il tient un blog littéraire « sans botox ni silicone » que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien suivant : http://sbns.eklablog.com

 

Bibliographie :

 

POÉSIE

Si je reviens sans cesse, Éditions Jacques Flament, 2014

Rivages intimes (avec Marc Decros), Éditions Jacques Flament, 2014

Juste envie de souligner, Éditions La Porte, 2015

Vos discours ne passent plus, Éditions Microbe, collection Mi(ni)crobe, 2015

Poèmes géographiques, Éditions Le pédalo ivre, 2015

Il faudra bien du temps, Éditions Décharge/Gros Textes, coll Polder n°169, 2016

A la fin, Éditions La Porte, 2016

Le soir on se dit des poèmes, (avec José Mangano), Éditions Soc et Foc, 2017

Les samedis sont au marché, Éditions du Carnet du Dessert de Lune, 2017

NOUVELLES

Confidences et solitudes de plus en plus courtes, Éditions Jacques Flament, 2013

Quand les femmes parlent après l’amour, Éditions Zonaires, 2015

A un moment donné, Éditions Tarmac

RÉCITS/ ESSAI

Le murmure des nuages, Emoticourt, 2013

Le bunker, Éditions Jacques Flament, 2015

Copies, Éditions Jacques Flament, 2016

Extraits d’entretiens imaginaires, le Festival Permanent des Mots, 2016

Journal 2016, Éditions Jacques Flament, 2017

A PARAÎTRE

Attendre que la mer remonte, 15K éditions, 2018

Murielle Compère-Demarcy

Est tombée dans la poésie addictive (ou l’addiction de la poésie), accidentellement. Ne tente plus
d’en sortir, depuis. Est tombée dans l’envie sérieuse de publier, seulement à partir de 2014.
A publié, de là jusqu’ici :
Je marche--- poème marché/compté à lire à voix haute et dédié à Jacques DARRAS, éd. Encres Vives, 2014
L’Eau-Vive des falaises, éd. Encres Vives, 2014
Coupure d’électricité, éd. du Port d’Attache, 2015
La Falaise effritée du Dire, éd. du Petit Véhicule, Cahier d’art et de littératures n°78 Chiendents,
2015
Trash fragilité (faux soleils & drones d’existence), éd. du Citron Gare, 2015
Un cri dans le ciel, éd. La Porte, 2015
Je Tu mon AlterÉgoïste, éd. de l’Ecole Polytechnique, Paris, 5e, 2016
Signaux d’existence suivi de La Petite Fille et la Pluie, éd. du Petit Véhicule, coll. de La Galerie de
l’Or du Temps ; 2016
Co-écriture du Chiendents n°109 Il n’y a pas d’écriture heureuse, avec le poète-essayiste Alain MARC,
éd. du Petit Véhicule ; 2016
Le Poème en marche suivi par Le Poème en résistance, éd. du Port d’Attache ; 2016
Dans la course, hors circuit, éd. Tarmac, coll. Carnets de Route ; 2017
Poème-Passeport pour l’Exil, avec le poète et photographe («Poétographie») Khaled YOUSSEF éd. Corps
Puce, coll. Liberté sur Parole ; juin 2017 (présenté à la Journée Mondiale des Réfugiés organisée par
l’ONU, le 20 juin 2017, à Amiens avec « Lignes d’écritures » et Corps Puce
S’attèle encore. À écrire une vie, ratée de peu, ou réussie à la marge.
Publie en revues FPM, Traction-Brabant, Les Cahiers de Tinbad, Poésie/première, Verso, La Revue Littéraire
(éd. Léo Scheer) , Décharge, Phoenix,Traversées, Mille et Un poètes (avec Lignes d’écriture
des éditions Corps Puce), Nouveaux Délits, Microbes, Comme en poésie, Poésie/Seine, Cabaret, …).
Rédactrice à La Cause Littéraire, écrit des notes de lecture pour La Nouvelle Revue Littéraire (éd.
Léo Scheer), Traversées, Sitaudis.fr, La Pierre et le Sel, Texture.

Effectue des lectures : Maison de la Poésie à Amiens ; à Paris : Marché de la Poésie (6e), Salon de
la Revue (Hall des Blancs-Manteaux dans le Marais, Paris 4e), dans le cadre des Mardis littéraires de
Lou Guérin, Place Saint-Sulpice (Paris, 6e), Festival 0 + 0 de la Butte-aux-cailles, Melting Poètes
(Paris, 14e) ; auteure invitée aux Festival de Montmeyan (Haut-Var)[depuis août 2016] ; au Festival
Le Mitan du Chemin à Camp-la-Source en avril 2017; [Région PACA] ; au Festival DécOUVRIR-Concèze
(Corrèze) dirigé par Mathias Vincenot, président de Poésie & Chanson en Sorbonne, en août 2018, ...
Lue par le comédien Jacques Bonnaffé le 24.01.2017 sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/jacques-bonnaffe-lit-la-poesie/courriers-papillons-24-jour-deux-poemes-de-front

Portrait de l'auteur par Jacques Cauda

Angèle Casanova

Angèle Casanova vit et travaille dans le Territoire de Belfort. Née en 1976 à Libourne, tout près de Saint Emilion, elle a grandi au milieu des vignes et des livres qu’elle empruntait à la bibliothèque municipale. Après ses études de philosophie, elle s’est orientée vers le métier de bibliothécaire, qu’elle exerce avec passion depuis 15 ans.
A partir de 2006, elle développe un weblivre, Gadins et bouts de ficelles. Les gadins, pour les chutes, les ficelles, pour l’astuce et la capacité à se relever.
Depuis 2014, elle envoie des textes aux revues et son premier livre, Là où l’humain se planque, vient de paraître aux éditions Tarmac, dans la collection Complément de lieu.

Thèmes
« Dire le monde tel qu’il est. Même si ça fait mal. Plonger la tête sous l’eau. Jusqu’à se noyer. Se foutre des beignes. Histoire de ne pas oublier. Que le monde est tel qu’il est. »
Là où l’humain se planque, par Angèle Casanova
(L’auteur par l’auteur, p. 25)

"Dans ses textes, Angèle Casanova aime à croiser recherches, fiction, expérience personnelle et mémoire collective en revenant sur les lieux foulés, les personnes croisées, les événements vécus ou, au contraire, à partir de territoires qu’elle va arpenter, défricher, fouiller de très près. Avec opiniâtreté et humour, elle crée une cartographie à la fois intime et ouverte sur l’imaginaire."
Site [déboîtements], par Christophe Grossi
(article Angèle Casanova – avion vroum, 1/11/2013)

Photo : © Philippe Martin, 2017

 

Bibliographie

Livres


– Là où l’humain se planque (avec une couverture de Jacques Cauda), éditions Tarmac, collection Complément de lieu, 2017

Livres d’artistes
– Le basthyscaphe, sur une idée et avec des collages de Ghislaine Lejard, une très petite enveloppe réalisée en 3 exemplaires (5 x 7 cm), 2016

Anthologies
– Illusion(s) : nouvelles et textes poétiques, éditions Bancal, 2015
– Le dessin s’écrit en ligne _, par Florent Wong, éditions Catalpas, 2017
– 36 choses à faire avant de mourir... : la collection qui tue, éditions pré # carré (2017)

En revues

- Les Cahiers de Tinbad, n°5 (janvier 2018)

- Le Toril : Le journal des idées reçues, n°1 (décembre 2017)

-Résonance générale, n°9 (octobre 2017)
-Traction-Brabant, n°75 (septembre 2017)
-Sarrazine, L'esprit d'escalier, n°17 (2017)
-Le Cafard hérétique, hors-série #1 : Francis Caudron (2017)
-Cabaret, HS n°1 (2017)
-Remue.net, dossier Spoon River [prolongations] (2016-2017)
-Bazaar Maniac, n°7 (2016)
-Hors-Sol (2016)
-Traction-Brabant, n°68 (2016)
-À l’arrache #1 (2016)
-Le Cafard hérétique, n°8 (2016)
-Journal de mes paysages, n°3 (2016)
-Festival Permanent des Mots, n°9 (2016)
-Métèque, n°4 (2016)
-lorem ipsum, n°87 (2015)
-Paysages écrits, n°25 (2015)
-Zinzoline : revue incertaine #9 (2015)
-Journal de mes paysages, n°2 (2015)
-Le Capital des mots (2015)
-Ce qui reste, Numéro spécial Printemps des poètes (2015)
-L’Ampoule, n°15 (2015)
-La Revue des Ressources (2015)
-Ce qui reste (mars 2015)
-Remue.net (2015)
-Zinzoline : revue incertaine #8 (2015)
-L’Ampoule, n°14 (2014)
-La Revue des Ressources (2014)
-L’Ampoule, n°13 (2014)

A paraître
- Verso (printemps 2018)

Nolwenn Euzen

Nolwenn Euzen est l’auteur de
Cours ton calibre
Éditions numériques Qazaq, 2016.
et de
Présente
L’idée bleue, 2007.
Ses poèmes sont également parus en revue:
Festival Permanent des Mots, La moitié du fourbi, Sarrazine, Contre-Allée, Neige d’août...
Elle pratique l’origami et tient un blog où, sans bien savoir pourquoi ni comment, se trouve la liste de tous les livres qu’elle a lus.

Julien Tardif

Quatre saisons passent sous le pont de pierres et celui-ci ne tremble pas ; il ne semble le même d'année en année que par la mémoire et l'oubli qui nous offrent l'image que nous avons de lui. L'écriture sensible des paysages que je vois alentour s'étend pourtant, et cette colère que je sens monter jaillit d'elle-même sur la page.

 

Car si les saisons se ressemblent d'une année sur l'autre, le cours des choses, des êtres animés ou inanimés, évolue, vibrant de plus en plus violemment, et il semble que plus aucun sol jamais ne sera assez stable pour y tenir debout. L'écriture dès lors est un exutoire, une forme de rébellion à l'égard des derniers optimistes encore sérieux ; je ne parle pas ici des touristes de la vie moderne qui seuls encensent le vice : j'écris pour les êtres encore vivants, aliénés ou expropriés que nous sommes, passés ou présents, à venir s'il en reste demain.

 

Mes naissances furent nombreuses et variées, volontiers contradictoires. Je suis né à la philosophie – Nietzsche et Tchouang Tseu – ; à la nature – Thoreau, Emerson, John Muir – ou à la foi – Pascal, Ernest Hello – ; à la critique de Marx, Debord, Baudouin de Bodinat, Jaime Semprun et Anselm Jappe ; enfin à la poésie – Rimbaud, Hölderlin et Ferré.

 

La solitude aide, et la paresse en donne une idée plus profonde encore, mais le partage et l'appropriation, ainsi que le prolongement des images fortes, évadent du quotidien et de l'ennui.

 

C'est ici mon premier recueil publié.

 

Si les saisons se ressemblent d'une année sur l'autre, le cours des choses, des êtres animés ou inanimés, évolue, vibrant de plus en plus violemment, et il semble que plus aucun sol jamais ne sera assez stable pour y tenir debout.

Yannick Torlini

Né en 1988 à Nancy. Poète et explorateur de la malangue. Ecrit des textes avant tout. Travaille la langue autant qu'elle le travaille. Ne sait pas où il se trouve. Travaille. Travaille souvent. Écrit contre l'angoisse et le désastre. Écrit parfois pour. Ne sait pas où il se trouve. Ne sait pas. Travaille à ne pas savoir. Imagine quelque chose de lyrique. Ne sait pas où il se trouve. N'y travaille pas.

Publie : La nuit t’a suivi (éditions Isabelle Sauvage), Seulement la langue seulement (Dernier télégramme), Tout tient (éditions Littérature mineure), Rien(s) (Al Dante), Tu voudrais ton corps avancer (éditions Derrière la salle de bains), Nous avons marché (Al Dante), Camar(a)de (éditions Isabelle Sauvage), Tandis que (éditions Derrière la salle de bains).

Participe à des revues : Doc(k)s, Ouste, N47, Mouvements, ATI, Contre-allées, Art matin, Boxon, Phoenix, Place de la Sorbonne, Dissonances...

A encore beaucoup à écrire.

Photo : Michel Durigneux

Céline Walter

Céline Walter est née en 1972 à Château-Thierry. 
Elle vit et travaille à la campagne, en Côte d’Or.
Bernard Noël, qui préface son premier recueil, écrit à propos de Petite, c’est la fête tu voudrais mourir : « Ces pages parlent une autre langue à l’intérieur de votre langue », une langue qui retrouve « sa vitalité originelle : une allégresse, une innocence, une surprenante simplicité. » Cette vitalité doit beaucoup au parcours atypique de l’auteure. Plongée dans l’eau de la vie très jeune, Céline Walter a en effet enchaîné les jobs les plus improbables – emballeuse dans une usine de gâteaux, bouchère sur les marchés, fleuriste, préparatrice en pharmacie vétérinaire, animatrice radio... Des rencontres déterminantes la pousse vers le journalisme. Si elle collabore encore occasionnellement à la rubrique Portrait de Libération, elle a choisi depuis quelques années de se consacrer entièrement à l’écriture poétique.

 

Bibliographie

Petite, c’est la fête tu voudrais mourir, préface de Bernard Noël, éd. Tituli, 2014 - Poésie
L’Inconnue de la Seine, éd. Tituli, 2016 - Poésie

Jean Azarel

Jean AZAREL est né en 1954 « dans l’octobre blond du Saint Laurent » (Montréal / Canada). Réside dans le Gard, près d’Uzès. Marié à Anne KERZEAS, peintre et céramiste, deux enfants.

Dans la filiation d’un père journaliste, poète et écrivain, gribouille des petits romans policiers et des histoires de cowboys et indiens des l’âge de 8 ans.

Après des années de silence volontaire, retour à l'écriture en 1995. Puise son inspiration dans la comédie du quotidien, la baie d’Audierne et les pentes granitiques du Mont Lozère pour fabriquer des œuvres éclectiques où se côtoient humour acide, témoignages de vie, rock and roll attitude, et romantisme quasi mystique.

 

Ecrivains références: les poètes de la Beat Generation, Luc Dietrich, Arthur Rimbaud, les  romanciers scandinaves, et parmi les contemporains Roger Boutefeu, Perrine Le Querrec, Alain Jégou, Jack Alain Léger...

 

Invité pour des lectures performées, seul ou accompagné d'autres artistes, notamment  l’écrivaine Karin HUET, et le musicien KERITY. Depuis 2016, le guitariste de rock Hérold YVARD met ses textes en paysage sonore, et à partir de 2018 collaboration avec le multi instrumentiste Pascal DELEUZE. Parmi ses dernières interventions : la ZAL (Zone d'Autonomie Littéraire) de Montpellier, la Maison de la Poésie de Rennes, le Festival de Poésie Nomade en Lubéron, Carré d’Art à Nîmes.

 

Présent dans de nombreuses revues : « Dissonances », « Squeeze », « Contre Allées », « Nouveaux Délits », « Traction Brabant », « Teste », « La Volée », « les Cahiers de Tinbad », « Violences », « Microbe »....Ecrit régulièrement des chroniques de films et livres pour le blog de l’association « Autour des Auteurs » en Occitanie

 

Bibliographie :

 

- « Trois trous dans la fièvre », poésie, Editions Saint Germain des Prés, 1998

- « Passage du mortel », poésie, L’Itinéraire des Poètes, 2006

- « Tassage du mortel », poésie, Gros Textes / Arts et Résistance, 2009

- « Papy Beat Generation », récits, coauteurs : Lucien Suel et Alain Jégou, Hors Sujet éditions, 2010

  • « Marche lente », prose poétique, Samizdat, 2011

  • « Itinéraire de l’eau à la neige », prose poétique, avec des images de Gaspard R, Gros Textes, 2012

  • « Jean Azarel’s poetry and texts lectures », CD audio sur de la musique originale de Kérity, 2013

  • poésie, Gros Textes, 2014

  • “Le Ciel du dessous”, poésie, La Boucherie Littéraire, 2016

  • « Encore plus nu », poésie, Gros Textes, 2017, avec CD audio accompagné par Hérold YVARD

 

A paraître :

     - « Trans’ Hôtel Express », récit, Editions Tarmac, mars 2018 avec CD audio accompagné par Hérold YVARD

     - « De lauze et d’air », poésie, Atelier des Monteils, illustrations de Marc GRANIER, décembre 2018

 

En cours d’écriture : « Dans les trains », prose poétique, en duo avec Hélène DASSAVRAY », « Vous direz que je suis tombé », roman d’après la vie  et l’oeuvre de l'écrivain Jack Alain LEGER

 

Contact : jtazarel@gmail.com et  page facebook

Christophe Bregaint

Né en 1970 à  Paris, les poèmes de Christophe Bregaint sont parus dans plusieurs dizaines de revues papier et numérique. Il a publié trois recueils de poésie : en Octobre 2015 « Route de Nuit » (Éditions La Dragonne),  en Octobre 2016 « Encore une nuit sans rêves » (Éditions Les Carnets du Dessert de Lune), en Avril 2017 « A l’avant-garde des ruines» (Éditions du Pont de l’Europe).

Il est co-auteur de l’anthologie « Dehors » : 107 auteurs pour l’association Action Froid (Éditions Janus, publié Mai 2016), et un de ses textes figure dans l’anthologie « 101 poèmes (et quelques) contre le racisme »  (Le Temps des Cerises, 2017)

Photo Copyright ; Elisabeth Engels

Gilles Venier

Régis NIVELLE/Gilles VENIER

Années 80 à 2000, diverses publications et participations en revues :

Gros textes - Cahiers Froissart - Le matin déboutonné - Le baiser de la mouche - Décharge - Los Alumbrados etc.

2010 Textes dans la revue numérique D’ici-là

De 2010 à 2017, publications de 9 textes dans le cadre des Éditions Encres Vives (Colomiers)

et sa collection Encres Blanches.

Dont 6 recueils signés Régis Nivelle : sous le titre générique de Dormir le temps : Paysages 2009 N°400 - Anamorphoses 2010 N°425 - Clair Mouvant 2011 N°468 - Permanence d’Ainsi 2011 - Le Livre de Vent (Ether) 2012 N°527 - Le Livre de Vent (Aïon [Fragments]) 2014 N°570

3 recueils signés Gilles Venier

Prière 2014 N°599 - Prière (Écrire) 2016 N° 660 Terre-à-terre N° 682 Mars 2017

2014 Extraits d’Aïon et de Prière dans la revue l’intranquille (l’atelier de l’agneau Editeur) et deux chroniques.

Exposition Béragnes – Écritures. Le voyage intérieurEncres et sculptures, à Bergerac Décembre 2017

Vit dans le sud-ouest entre Dordogne et Pyrénées

Nouveau site Internet - Blog littéraire

 

Sophie Brassart

Poète et plasticienne, vit à Montreuil.

 

Blog : Toile poétique http://graindeble.blogspot.fr/

 

Site : Toile sonore https://www.toilesonore.com/

 

 

 

Publications

 

  • Nombreuses publications en revue (Paysages écrits, Recours au poème, Incertain regard, Sipay, Ce qui reste)

  • 36 choses à faire avant de mourir, ed. Précarré, 2017

  • Recueil collectif Dehors, ed. Janus, 2016

  • Immagine & Poesia Ebook 2016 (anthologie)

  • Tant de Philomèles en ce monde &…, Pan des Muses - éd de la Siéfégp, 2016

  • Un pan de poèmes pour Toutes à l'école, Pan des Muses - éd de la Siéfégp, 2015 (anthologie)

  • Livre d'artistes Quand bien même, avec Cédric Bernard, 2016, mt-galerie

  • Livre d'artistes Mémoires du soleil, avec Vincent Motard-Avargues, 2015, mt-galerie

 

 

Manifestations autour de la poésie

 

  • Printemps des Poètes à l’Université de Caen 2018 : https://www.youtube.com/playlist?list=PLvAOY3QxKbq0f1TYufXPkyuskmeGgH61J

  • Arts & Jalons 2017

  • Performance sonore avec la Compagnie Hors-Piste 2016

  • Printemps des Poètes in revue Ce qui reste 2015

  • Festival international Cri de Femme 2013

  • Un pan de poèmes pour toutes à l’école dans la revue Llpdm 2012

  • Printemps des Poètes sur le blog de Patrice Beray (Mediapart) 2011

 

Expositions

 

Alexo Xenidis

Née en 1949 à Paris, d’une longue chaîne de racines emmêlées où l’on trouve un zeste de français, beaucoup de grecs, une pincée d’égyptiens, un trait de syrien, ainsi que des bribes de quelques autres peuples divers, ceci expliquant beaucoup son aptitude au grand écart Orient-Occident. Études de Philosophie à la Sorbonne,comme tout le monde. Fut psychanalyste dans sa vie antérieure, désormais écrit, surtout de la poésie, mais pas que. Habite seule pas avec Maman, au fond de la Sologne, au milieu des arbres et de ses livres. N’a aucune maxime à délivrer sur la littérature, considérant que là comme ailleurs ceux en parlent le plus sont ceux qui en font
le moins.

Publications revues (poésie, textes courts prose)

Jacques Flament Editions, N° Spécial L’Ennui, 2015

Collectif de soutien à la famille Karasani, 4eme trimestre 2016

Microbe, N° 99, janvier 2017

Nouveaux Délits N°56, janvier 2017

FPM, N° 14, printemps 2017 Editions Tarmac

Nouveaux Délits N°57, avril mai juin 2017.

La Terrasse N°3, Juin 2018

Publication Livre

Communication Prioritaire, nouvelle et prose, Editions Tarmac. Juin 2018

De l’Humain pour les migrants (collectif) Jacques Flament éditions Septembre 2018

François Ibanez

François IBANEZ est né en 1973 à Nice au sein d'une famille éclatée aux origines russes et espagnoles. Malgré des dispositions littéraires et artistiques, il s'engage dans des études techniques et devient cartographe après un cursus de géographie. Il exerce cette activité pour son aspect graphique et ludique, ce qui le raccroche de façon illusoire à ses penchants premiers. En parallèle, il s’engage dès 1994 dans divers projets musicaux. Après une série de disques obscurs, seul ou en groupe, apparaissant dans les recoins les plus improbables de l'underground musical et parus sur différents labels internationaux, il tente d'élargir son champs d'investigation à travers la poésie. S'affranchir des contraintes de la musique était nécessaire afin de libérer le texte et d'en explorer les possibilités. Un lien subsiste pourtant par la spontanéité, le rythme et le son qui s'accordent selon un jeu de règles invisibles.
La création est la résultante de l'émotion conjuguée à l'intelligence. De ce fait le lien n'est pas rompu avec la sensibilité qui fonctionne comme un moteur et un déclencheur. Le texte surgit presque innocemment, il suffit d'en élaguer les contours trop larges et de donner quelques coups de canifs afin de lui insuffler une forme. Chaque texte est le reflet de quelque chose de très précis qui est présent quelque part et qui ne peut être exprimé que de cette façon. L'aspect sombre est le reflet de la faculté de tirer de la noirceur la substance la plus malléable pour forger les mots.

Rodrigue Lavallé

Rodrigue Lavallé est né en 1972. Il vit dans la région lyonnaise et y exerce le métier de conseiller d’insertion professionnelle depuis une vingtaine d’année.
Il a publié des textes de poésie contemporaine dans une trentaine de revues.
Décomposition du verbe être est son troisième recueil après Hors soi, penché (éd. Éclats d’Encre, 2014) et Quelqu’un peut-être (éd. Créatures, 2015).

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now